Anne Hébert - Archives
Menu principal

Archives

2016

L’édition critique des œuvres complètes d’Anne Hébert est maintenant disponible dans son intégralité. Elle comprend cinq volumes, publiés aux Presses de l’Université de Montréal dans la collection de la « Bibliothèque du Nouveau Monde » : Poésie, Romans (1958-1970), Romans (1975-1982), Romans (1988-1999), Nouvelles, théâtre et proses diverses. Cet ouvrage constitue une réalisation remarquable, rendue possible grâce à l’apport de chercheuses et chercheurs issus de plusieurs universités, placés sous la direction de Nathalie Watteyne, également directrice du Centre Anne Hébert. Une multitude de documents provenant de sources diverses, dont surtout le Fonds Anne-Hébert de l’Université de Sherbrooke, ont été étudiés et regroupés en vue d’offrir un éclairage du processus créateur et de la genèse de l'œuvre. Cette étude exhaustive contribuera à l'avancement des connaissances d’une œuvre appréciée à la fois du grand public et de la critique littéraire, qui s’échelonne sur plus de cinquante ans. Pour un résumé de chacun des cinq volumes, voir < http://www.pum.umontreal.ca/catalogue/uvres-completes-danne-hebert-v_-5-theatre-nouvelles-et-proses-diverses >

L’année 2016 sera riche en événements concernant l’oeuvre d’Anne Hébert. À l’occasion du centenaire de sa naissance(1916-2000), se tiendra un colloque international du 7 au 9 juin, à la Faculté de lettres et des sciences humaines de l’Université de Sherbrooke, réunissant chercheuses et chercheurs en vue de faire le point sur l’oeuvre, de réfléchir à ses variations, de même qu’à sa cohérence. Pour plus de détails: < http://colloqueannehebert.evenement.usherbrooke.ca/ >

La prochaine année marquera également le vingtième anniversaire de la création du Centre Anne Hébert. Dépositaire des archives littéraires de l’auteur, le Centre vise à promouvoir la recherche et les études sur l’oeuvre d’Anne Hébert en donnant accès à une collection de documents divers et en organisant des colloques, des rencontres littéraires, ainsi que des séminaires de recherche. Pour plus d’information sur les activités du Centre, consulter leur site:
< http://www.usherbrooke.ca/centreanne-hebert/ >

Les Cahiers Anne Hébert no 13 “Legs d’Anne Hébert – Lectures, intertextualité, transmission” < http://www.usherbrooke.ca/leseditions/ >
et no 14 “Sexualité(s) dans l’oeuvre d’Anne Hébert”
< http://savoirs.usherbrooke.ca/handle/11143/7697 > sont maintenant accessibles gratuitement en version numérique. Les numéros précédents devraient l’être également sous peu.


14 janvier, 2014

Rencontre littéraire

Dans le cadre de ses activités, le Centre Anne-Hébert, en collaboration avec la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université de Sherbrooke, présente :

« Origine, nature et finalité du songe dans Le Tombeau des rois »

une conférence de Robert Harvey

Le songe a souvent été associé au rêve ou à la rêverie sans qu’on puisse en déterminer la nature exacte. L’usage du mot lui-même semble appartenir au registre vieilli et connoter une époque révolue en littérature. Pourtant, Anne Hébert n’hésite pas à en faire le point nodal de son œuvre. Le titre de son premier recueil, Les Songes en équilibre, sert de vecteur à ce projet d’écriture qui trouve son aboutissement dans Le Tombeau des rois, ainsi que dans les œuvres subséquentes.

Cette communication fera d’abord brièvement le point sur la théorie du songe pour en préciser les enjeux et souligner sa pertinence. Nous verrons ensuite à définir le songe dans son fonctionnement psychique en regard de son application littéraire chez Anne Hébert. En quoi l’enfance peut-elle par ailleurs en constituer l’origine ou le déclencheur ? Comment le recueil trouve-t-il son unité et son homogénéité à l’intérieur du cadre-songe ? Quel est le but de la quête obstinée qu’entreprend la songeuse ? Qui est l’auteur du songe ? Pourquoi ce combat perpétuel ou polémos au cœur du songe ? Autant de questions auxquelles nous tenterons de répondre.

le mardi, 11 février 2014
à 16 h 15
Local A4-166

Faculté des lettres et sciences humaines
Université de Sherbrooke

Entrée libre
Bienvenue à tous et à toutes !


27 janvier, 2000

MOT D’ADIEU

Le quotidien Le Devoir nous apprenait hier qu’Anne Hébert avait pu terminer, avant sa mort,  un opéra pour enfants mettant en scène différents animaux. Cet opéra est le produit d’une collaboration entre Anne Hébert et une compositrice québécoise de musique contemporaine. Les partenaires et les circonstances de sa production devraient être connus dans environ deux mois.

Cette intention posthume revêt un caractère particulièrement symbolique quand on sait l’importance primordiale qu’occupe le thème de l’enfance dans l’œuvre d’Anne Hébert. L’auteure continue ainsi de s’adresser à nous, ou plutôt à l’enfant en nous qu’elle a toujours souhaité voir triompher, envers et contre tous les aléas du temps.

Ce dernier salut de la main qu’elle nous envoie de loin, nous émeut. Chère, très chère Anne Hébert, vous nous manquerez tellement, couchée maintenant parmi les grands morts que vous avez rejoints. Le silence démesuré qu’a créé votre absence, nous enjoint aujourd’hui de trouver en nous-même « une voix juste et belle » pour tenter de la combler. C’est en cela même que votre mort est lumineuse. Adieu


22 janvier, 2000

DÉCÈS D'ANNE HÉBERT

Nous apprenons aujourd'hui avec consternation le décès d'Anne Hébert, à l'hôpital Notre-Dame de Montréal. Elle était agée de 83 ans. On arrive à peine à imaginer qu'elle nous a quittés après toutes ces années d'une présence aussi vibrante et généreuse. Son oeuvre, écrite " à la pointe extrême de l'attention ", en témoignait depuis plus d'un demi siècle.

D'une absolue précision, cette oeuvre est également d'une aveuglante clarté. Par sa lecture, elle nous invite en cela au dépassement de soi. La justesse, que tout lecteur sait reconnaître intuitivement, est toujours sans compromis; c'est même la seule façon d'entrer en poésie. " Pour pouvoir écrire, disait-elle, il faut avoir longtemps rêvé ". À la lecture de son oeuvre, on se rend compte à quel point notre façon d'imaginer est pauvre par rapport à celle du poète, nourrie par l'illusion géniale et souveraine des formes. Chez Anne Hébert, l'unité de la conscience qu'est " la parole " s'y enracine pour nous donner à voir dans sa splendeur le règne des métamorphoses.

Anne Hébert occupe la place d'honneur dans la littérature québécoise. Elle se classe désormais parmi les plus grands auteurs de la littérature française du vingtième siècle.

Conception de site internet professionnel - idgrafix enr ©2011 Robert Harvey, Ph.D. (Université de Montréal)

Tous droits réservés
© 1998 Robert Harvey

Nous accordons le droit d'utiliser les documents de ce site seulement à des fins pédagogiques non-commerciales.
Toute reproduction d'un document devra porter la mention du nom de l'auteur et de l'adresse du site.
83069 visites

depuis 2018-01-10